Noël…

Comme chaque année, sur les réseaux sociaux, nous avons le droit à ce message hypocrite : Joyeux Noël. Je suis seul, sans mec, surfant sur le net, niquant grâce à moche.com et on me parle de cette fête de noël.

Pire, certains couples, ultra-cornés, se montrent sous leur meilleur jour avec leur bonnet et leur mec tout mignon. J’ai juste envie de prendre une hache et d’exploser mon écran. Mais bon, ça me ferait plus de mal que de bien, surtout aux bourses.

On peut en parler justement de mes bourses. Le mot pleine ne serait plus suffisant. Je pense que d’ici quelques jours je vais pouvoir en extraire l’alcool dû à la fermentation.

Je sais je suis moche, petit et gros.

Des fois je me dis que je n’ai aucune chance, puis je me ballade dans les rues et je regarde les gens. Eux ne me voit pas car je suis trop petit et insignifiant pour eux. Mais moi je les vois. Et des fois, voire souvent pour être mauvais, je vois des couples qui sont très différents physiquement. En gros, un moche comme moi avec un canon.

Je me dis alors pourquoi ? Pourquoi est-ce possible chez les autres et pas chez moi. Pourquoi je n’aurais pas droit à ce genre de mec, poilu, viril qui pète qui rote comme un mec. Pourquoi je n’attire que les moches comme moi.

Pire, des fois, quand je rencontre, je tombe sur des hommes hyper maniérés. Je n’ai rien contre eux, j’ai des collègues hétérosexuels hyper maniérés. Mais pour moi, ce n’est pas possible.

Je veux le beauf, le mec qui pue, qui se gratte les couilles, qui boit des bières… le mâle quoi !

Après cette réflexion intense et riche, il me vient une frayeur. Si je cherche ceci, cela voudrait dire que je suis l’extrême opposé ? Que c’est moi le mec maniéré, moche, qui sent la rose et qu’on peut qualifier de bobonne ?!

Voilà pourquoi je n’aime pas les fêtes. Ça me fait avoir des réflexions de merde…

Crédit image : pour @

Plus d’un an.

Ça fait plus d’un an que je n’avais pas donné de signe de vie sur ce blog. Non pas que je sois parti vers la concurrence mais c’est surtout par manque de temps ou d’envie.

Pour dire quoi ? Pour raconter quoi ? La même vie, pareille que la votre. 

Je fais parti des gens qui n’intéressent personne. Je ne veux pas vous faire apitoyer sur mon sort, vous devez aussi vivre ceci au quotidien. Vous avez l’impression que personne ne vous regarde, que personne ne fait attention à vous, que vous n’existez pas hormis pour les relous de services, les 30 ans plus âgés que vous ou les aveugles, moustiques ou vermines.

Je dois être honnête, ce n’est pas le pari que j’aurai fait sur ma vie. Mais bon, c’est ma vie.  Et puisque c’est moi, le problème doit venir un peu de moi. Je ne peux rejeter la faute sur les beaux mecs qui ne sont pas intéressés par les moches.

Faut que je descende mes critères. Je suis rond, petit, moche, peau plus grise que blanche. Peu pas dire que j’ai le physique d’Apollon.

J’ai plusieurs solutions. Ouvrir un groupe de moche mais pas certain que ça fonctionne. Partir sur une autre planète où il n’y aurait que des aveugles, mais même ça, pas certain que ça marche aussi. Ou prendre la vie comme elle vient en souriant à la vie…

Souris à la vie et la vie te sourira !

Si je trouve le gars qui a inventé cette phrase je l’encule à sec ! Non mais sérieux, ça fait un an que je souris à tout le monde, les gens ne voit que mes dents, et rien. Bon c’est peut être les dents le problème mais quand même.

Je trouve les “hétéros” plus attirant que les “homos”. Bon je mets des guillemets car si je les pénètres, ils doivent un minimum aimer la teub. Le problème avec eux c’est leur famille, amis… et les homos, bah ils ne veulent pas de moi hormis pour une consommation sur place avec retour de la marchandise dans tous les cas.

Voilà ma vie.

Les boutons de merde !

C’est ce que je me demande ! Plusieurs mois à la salle de musculation pour devenir baisable et que vois-je ?! Une colonie de bouton sur mes cuisses. Alors j’entends déjà les grincheux me dire (MST-IST) mais non rien de rien, je suis comme la Sainte-Vierge, je les ai eu sans rien faire.

Alors je sais que certaines IST peuvent mettre du temps à sortir mais là, je pense plus à une saloperie d’araignée qui serait venu me bouffer par nuit. Et elle s’est fait plaisir la garce. 10 boutons recensés !

Toujours au mauvais moment !

Je commençais à recevoir trois messages Grindr par jour. Badoo clignotait toutes les heures et bam. Obligé de trouver des excuses bidons pour ne pas voir les mecs. Pauvre de moi. Oui plaignez moi.

Pour une fois que les mecs commençaient à s’intéresser à mon teint gris, bah non. Comme je dis souvent, je n’ai pas dû être du bon côté de l’histoire dans le passé. J’ai du participer à un génocide ou je ne sais quoi…

Pour une fois que je n’avais ni gastro, ni constipation, me voilà avec ces boutons. Et gardez pour vous vos conseils de Grand Mère. Car mis à part le café, je ne vois pas en quoi elles vont me venir en aide.

C’est parti donc pour continuer mon abstinence encore pour quelques jours, semaines, mois années…

Plan à 3

La question m’est souvent posée. Tu fais des plans à 3 ? Bah j’aimerai déjà en faire à 2 ça serait déjà une avancée.

Mais voilà, sur les applications telles que Grindr, Hornet et autres, plusieurs couples ou potes de sexe recherchent et me demandent des plans à 3. J’ai toujours refusé car bon pas terrible surtout si c’est avec un couple.J’ai une vision du couple très restrictive.

Mais je me dis que bon, étant célibataire et risquant de le rester jusque la fin de des temps sur cette planète, je me dis que bon, pourquoi pas.

Mais comment ? avec qui ? des célibataires ? un couple ?

Déjà pour de simples plans culs je suis mal à l’aise. Alors un plan à plusieurs chez quelqu’un. Que disons-nous par exemple quand on arrive ? Bonjour ? un verre ? on se met à poil direct ?

Chez les mecs, à Paris, j’ai l’impression que c’est devenu une norme le plan à 3. Beaucoup de mecs sont soit en couple libre soit en couple mais cherchant du “fun” avec un autre gars.

En recherchant des informations sur le net, j’ai vu que chez les hétéros, le plan à 3 était une question qui revenait également.

Et chez eux, ils ont également les mêmes questions. Qui prendre ? où ? les dangers ?

Qui prendre ?

Chez eux, le débat est le nombre de filles et de mecs. Chez nous, c’est le nombre de passif, versa ou actif. Étant célibataire et versatile, la question ne se pose pas : un de chaque !

Comme ils disent, il faut éviter les mecs pour qui nous avons plus qu’une attirance physique. Mais bon prendre que des inconnus pas terrible non plus. Il faudrait prendre des plans culs réguliers sans attache.

Où ?

Pour le lieux, le club libertin est souvent cité. Mais bon, si ce sont avec des PCR, je pense qu’il n’y a pas trop de risque à aller chez l’un des deux ou à faire ça à la maison.

Après, avec deux inconnus, ça m’a l’air un peu plus chaud.

Les dangers ?

Étant célibataire, pas de règle à fixer à mon mec, ça simplifie le débat. Les seuls dangers se sont les risques de transmission de MST-IST : deux teubs donc deux fois plus de risque je pense.

Et après ?

C’est comme pour un plan cul ? on se sert la main pour se dire au revoir et on rentre chez soit ? À mon avis oui. Après faut-il les revoir tous les deux en même temps ou pouvons-nous les voir un seul à la fois ?

Les relations humaines ont l’air quand même beaucoup très  complexes…

 

Marre des plans culs

Grâce à la multiplication des applications de rencontre, il n’a jamais été aussi simple de faire un plan cul ou de rencontrer quelqu’un. Pourtant, ça fait trois ans que j’enchaine plan sur plan, échec sur échec…

Je ne sais pas si c’est moi qui me renferme sur moi même ou bien si je deviens de plus en plus exigent. Peut être les deux.

Ma dernière rencontre ne m’a pas fait que du bien. Je me suis dit “encore lui, putin, je n’avance pas…“.

C’était un régulier que j’appréciais beaucoup mais il manque un truc. On appelle ça le feeling, Vous savez, quand vous voyez quelqu’un, vous échangez deux mots et vous savez tout de suite que ça peut le faire pour plus qu’un plan.

Et bien ce petit truc, impossible de le retrouver, du moins avec les mecs que je rencontre via les applications.

Au boulot, je le retrouve souvent et la c’est la double merde. Je me demande pourquoi je m’entends bien avec les mecs hétéros. Pourquoi il y a ce petit truc. Alors que tout évidence s’ils sont hétéros c’est parce qu’ils n’aiment pas la teub.

Ces gars, ils n’ont rien d’extraordinaire. Le fait de les rencontrer en dehors du cadre de Grindr peut éventuellement avoir une incidence mais quand même, c’est étrange que je sois attiré par des gars inaccessibles.

Un autre plan cul était un gars en couple. Je sais, c’est mal. Mais il était charmant, je rigolais bien avec lui. Je ne l’ai vu qu’une fois car je n’aime vraiment pas jouer les amants de seconde zone.

Quand je regarde en arrière, je vois mes quelques ex en couple. Je me dis ce n’est pas possible. Comment ils font ces cons ?!

Ainsi va la vie, ainsi va le monde.

Tinder…

Suite à leur passage à la gay pride et grace au test sur inverti, j’ai voulu tester l’application Tinder.

La prochaine fois que j’ai une aussi bonne idée, castrez moi !

Pourtant, le principe avait l’air sympa. Vous glissez les mecs à gauche ou à droite selon vos goûts. Vous priez toutes les vierges que vous pouvez pour que le gars vous glisse à droite. S’il le fait, bingo, c’est le match : sortez les cotillons.

Car grâce à ce match, vous pouvez vous parler. Hélas, il faudrait que les mecs trouvent le bouton pour vous parler. Car après une heure d’attente, deux, une journée, une semaine, un mois, rien de rien, c’est le vent du Nord.

Alors je sais, les fans de GOT vont me dire que Winter is here mais bon, je ne vois pas l’intérêt de dire à un mec que tu lui plais, mais de ne jamais lui répondre.

Certains doivent contempler leur pile de match ou alors ils ont trop de succès…

 

“?” Le message qui tue !

Comme beaucoup de monde, étant célibataire, je traîne sur les magnifiques applications de rencontre : Grindr, Hornet, Scruff…

Certes, j’ai cette application sur mon portable mais cela ne veut pas dire que je suis toujours disponible ou encore connecté. Non, j’ai quand même une vie en dehors de ces applications.

Mais les gars ont tendance à l’oublier du coup, quand je ne réponds ni dans la minute, ni dans l’heure, j’ai souvent le droit à un nouveau message comportant le même caractère et des fois en version longue :

? ou ???????

La première pensée qui me vient dans la tête est : tu veux quoi CONNARD ! Je me dis que ce n’est pas terrible et qu’il faut que je sois plus consensuel.

Donc ma deuxième pensée est : J’ai une vie CONNARD ! Là certes, il y a une légère amélioration mais je pense que je peux faire mieux.

Donc troisième pensée : ? Là je me dis j’entre dans leur jeu et nous risquons de tourner en rond.

Donc quatrième pensée : Ce n’est pas terrible pour relancer la conversion. Des fois ça passe gentiment et on en parle plus.

Des fois ma cinquième pensée double la quatrième : Est-ce vraiment une méthode pour relancer une discussion. Imagine ça dans la vrai vie, ça serait un peu con non ?

Bon la cinquième ne rencontre pas le succès qu’elle devrait avoir mais bon, pas grave ça fait du tri.

A voté ! Et le pire, c’est que ce n’est pas fini…

Comme beaucoup d électeurs, je suis allé faire mon acte militant, pour défendre notre démocratie à la veille de l’anniversaire de l’armistice du 8 mai 1945.

J’y suis allé en trainant les pieds, non pas parce que je suis un “insoumis” ni un soumis d’ailleurs, mais parce que j’en ai tout simplement marre de ces campagnes qui se répètent avec les mêmes personnes et les mêmes problèmes.

Chaque élection, nous avons le même discours en entendant les politiques nous dire qu’ils ont compris. Mais hélas, au bout du compte, personne ne comprend.

Pire, nous avons dans notre entourage, famille, amis collègues, des personnes qui nous disent mais comment tu as pu, il ne fallait pas, mais quand même… Bientôt, ça va être de notre faute si aucun de ces candidats n’a pu me plaire. Pire c’est également de notre faute si nous ne sommes pas de leur avis.

Entre les pro-marron, les anti-macron, les pro-FN, les insoumis mais soumis d’exister, à la fin, on a envie de leur balancer notre carte d’électeur déchirée en mille morceaux.

J’ai cette phrase de Geek qui résonne dans la tête : “La démocratie n’est parfois pas la meilleure à cause de sa lenteur, de sa corruption”. Un truc comme ça issu de Star Wars. Et à cause de ces trolls politicopoliticiens, des fois, on peut se dire que cette démocratie nous fait bien chier car il faut supporter ces cons à chaque élection.

Puis une voix au fond de moi me dit, qu’il vaut mieux les supporter que de les supplier. Et si un jour, nous quittons notre démocratie pour plus de facilité, de rapidité, alors nous serons comme ces russes, turcs, colombiens, vénézuéliens, brésiliens, mexicains, égyptiens et la liste pourrait être encore plus longue, nous n’aurons plus que les yeux pour pleurer.

À défaut de me mettre une étoile de David et le triangle Rose, je vais préparer la riposte pour que l’humanisme prime toujours sur la rentabilité.

Ne jamais oublier !

Allez les gars, il ne faut pas oublier ce triangle rose ! Il est moins connu que l’étoile de David mais il a bel et bien exister et pour le mêmes causes.

Le rejet de la différence, la croyance en une race supérieure ne doit jamais revenir sur le devant de la scène. Et nous devons tous lutter contre cela !

Le triangle rose (en allemand : Rosa Winkel) était dans l’univers concentrationnaire nazi le symbole utilisé pour « marquer » les homosexuels masculins. Pouvant être de taille supérieure aux autres triangles marquant d’autres catégories de détenus, ce symbole de persécution, de discrimination, a été repris par la communauté homosexuelle comme symbole identitaire. Act Up, entre autres, s’en est servi dans un contexte différent : celui de l’épidémie du Sida, qui commença par toucher les homosexuels.

L’alcool c’est mal !

Ça dure depuis plusieurs longs mois maintenant, je ne tiens plus l’alcool. Oui c’est une fatalité, l’âge aidant, l’alcool est de moins en moins admis par mon corps et a plutôt une méchante tendance à vouloir y sortir rapidement.

Il est loin le temps où je pouvais boire, sans crainte, enchaîner les verres et m’amuser durant toute la nuit voire du matin. Maintenant je dois dire “Stop” en refusant les “Encore”. Car le matin risque bien de me rappeler à l’ordre : nausée, maux de tête, bouche sèche…

Je vous vois sourire voire être content qu’une personne se limite avec l’alcool. Certes il y a beaucoup de problèmes de santé, pour nous et les autres mais ces petits verres permettaient aux personnes comme moi soit d’aller voir des mecs pour se taper des vents, soit d’avoir le courage d’aller voir des moches pour pouvoir se les taper.

Ainsi est la terrible vie des moches. Il ne me reste plus qu’à rentrer au couvent.